• Les Jardins du Château de Versailles : Les Parterre d'eau

    Un ensemble conçu par Le Nôtre

    Ces deux grands bassins rectangulaires reflètent la lumière et éclairent la façade de la Galerie des Glaces. Pour Le Nôtre, la lumière est un élément du décor, au même titre que la verdure ; dans ses compositions, il équilibre les masses d’ombre et de clarté.

    Les deux parterres d’Eau apparaissent comme le prolongement de la façade du Château. Plusieurs fois modifié, cet ensemble ne reçut sa forme définitive qu’en 1685. Le décor sculpté fut alors conçu et dirigé par Charles Le Brun : chaque bassin est décoré de quatre statues couchées figurant les fleuves et les rivières de France : La Loire et le Loiret, Le Rhône et la Saône, La Seine et la Marne, La Garonne et la Dordogne ;  auxquelles s’ajoutent quatre nymphes et quatre groupes d’enfants. De 1687 à 1694, les frères Keller, fondeurs, coulent dans le bronze, à l’Arsenal de Paris, les modèles fournis par les sculpteurs, de Tuby à Coysevox.

    Les parterres d’Eau ne sauraient être séparés des deux fontaines, dites des Combats des Animaux, achevées en 1687, qui encadrent le grand escalier descendant vers le bassin de Latone. Six statues allégoriques décorent l’ensemble : L’Air, Le Soir, Le Midi et Le Point du Jour, Le Printemps et L’Eau. Elles font partie de la « grande commande » de statues en marbre faite par Colbert en 1674.

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    30 commentaires
  • Les Jardins du Château de Versailles : Bassin de Latone

    Le premier aménagement du bassin de Latone est l'oeuvre de Le Nôtre. François-Mansart apportera les modifications qui lui donnent l'aspect pyramidal définitif actuel.

    Des tortues et des lézards de plomb entourent la pyramide centrale. Ils sont surmontés de paysans à demi métamorphosés et de grenouilles à hauteur de la première vasque. Ces batraciens occupent l'espace des deux vasques suivantes. La quatrième vasque forme le support d'un rocher sur lequel Latone, entouré de ses enfants Apollon et Diane, implore. Il s'agit d'un moulage de l'exemplaire original conservé en réserve.

    Cette gigantesque fontaine represente Latone entouree de grenouilles et de tortues. Le mythe raconte que Latone, une maitresse de Jupiter, mere d'Apollon et de Diane, fut accablee et ridiculisee par des paysans de Lycie. Elle reclama vengeance et Jupiter, pris de pitie pour elle, transforma les paysans de Lycie en tortues, lezards et grenouilles.

    Latone, entourée de ses enfants, Apollon et Diane.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    36 commentaires
  • Les Jardins du Château de Versailles : L'Orangerie

    Une oeuvre de Mansart

    En contrebas du château, l'Orangerie, par son ampleur, par sa hauteur, par la pureté de ses lignes, est l'un des endroits où Jules Hardouin-Mansart a le mieux affirmé son talent de grand architecte. Orangers du Portugal, d'Espagne ou d'Italie, citronniers, grenadiers, certains ont plus de 200 ans, des lauriers roses, des palmiers y sont conservés l’hiver et se déploient l'été sur son parterre.

    Construite par Jules Hardouin-Mansart entre 1684 et 1686, en remplacement de la petite orangerie édifiée par Le Vau en 1663, elle se compose d’une galerie centrale voûtée, longue de 150 mètres, prolongée par deux galeries latérales situées sous les escaliers des Cent-Marches. L’ensemble est éclairé par de grandes fenêtres. Le parterre de l’Orangerie s’étend sur pas moins de trois hectares. Sous Louis XIV il était orné de quelques sculptures aujourd’hui au musée du Louvre. Composé de quatre pièces de gazon et d’un bassin circulaire, il accueille en été 1055 arbres en caisses, dont palmiers, lauriers-roses, grenadiers, eugénia et orangers qui séjournent en hiver à l’intérieur du bâtiment. 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    27 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique