• Jardin des Plantes : la femme archer

    J'aime beaucoup cette sculpture de "La femme archer". Par contre on ne sait rien d'elle, même pas le nom du sculpteur qui a fait cette petite merveille.

    Jardin des Plantes : La femme archer

    Elle mérite bien un petit article ...

    Jardin des Plantes : La femme archer

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    51 commentaires
  • Hommage à Saint-John Perse dans le Jardin des Plantes de Paris

    Ce monument de bronze à la gloire de Saint-John Perse réalisé par Patrice Alexandre représente les trois états du manuscrit du poème Nocturne agrandi à l'échelle monumentale.

    Hommage à Saint-John Perse dans le Jardin des Plantes - Paris

     Nocturne

    Les voici mûrs, ces fruits d'un ombrageux destin. De notre songe issus, de notre sang nourris, et qui hantaient

    la pourpre de nos nuits, ils sont les fruits du long souci, ils sont les fruits du long désir, ils furent nos plus 

    secrets complices et, souvent proches de l'aveu, nous tiraient à leurs fins hors de l'abîme de nos nuits... Au feu

    du jour toute faveur ! les voici mûrs et sous la pourpre, ces fruits d'un impérieux destin. Nous n'y trouvons 

    point notre gré.

    Pour lire la suite : http://www.pariscotejardin.fr/2011/12/hommage-a-saint-john-perse-dans-le-jardin-des-plantes-de-paris/ 

    Hommage à Saint-John Perse dans le Jardin des Plantes - Paris

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    30 commentaires
  • Le Belvédère du Jardin des Plantes

    Le Jardin des Plantes cache un belvédère, qui, il faut bien le dire, n'offre pas une vue imprenable sur Paris, mais plutôt sur le Jardin, les toits et la Grande Mosquée de Paris. Son charme est donc moins le panorama qu'il permet d'admirer que son calme, et sa situation, aux beaux jours, en pleine verdure.

    Le Belvédère du Jardin des Plantes

    Il y a une raison à cet emplacement étrange pour un belvédère dont la définition est précisément d'offrir une belle vue ! Ce petit kiosque a été installé en 1786 en l'honneur de Buffon (on l'appelle aussi "la Gloriette de Buffon"), scientifique qui transforma le Jardin des Plantes en Centre de recherche et de Musée. Posé sur une butte constituée en XIVe siècle par l'accumulation de détritus et de gravas calcaires provenant des faubourgs de la capitale, il permettait à l'origine d'avoir une vue sur tout le jardin.

    Le Belvédère du Jardin des Plantes

     Mais lorsqu'on décida au XIXe d'agrandir le jardin et de construire de nouveaux bâtiments, on se rendit compte qu'il était plus facile de laisser le belvédère en place que de le déplacer : voici pourquoi il se retrouve aujourd'hui dans un coin et que la vue est bouchée. 

    Le Belvédère du Jardin des Plantes

     Il est nommé Belvédère Verniquet, du nom du nom du géomètre et architecte qui prit part aux travaux du Jardin en 1760 et 1790. Il s'élève à environ 20 mètres du sol. On y accède par un petit escalier de pierre après avoir parcouru un labyrinthe de buis. Réalisé plus d'un siècle avant la tour Eiffel, il est l'un des plus anciens édifices métalliques au monde ! S'il n'accomplit pas son office de belvédère, il reste donc une curiosité et l'un des points les plus agréables et charmants du Jardin des Plantes. 

    * Sources : http://www.evous.fr/Le-belvedere-du-Jardin-des-Plantes,1177012.html

    Le Belvédère du Jardin des Plantes

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    42 commentaires
  • Jardin des Plantes : La Fontaine aux Lions 

    La Fontaine aux lions située dans le Jardin des Plantes, près du portail d'accès rue Geoffroy Saint-Hilaire a été construite par Henri Jacquemont en 1863.

    Jardin des Plantes : La Fontaine aux Lions

    On remarque que l'un des lions semble humer des restes humains matérialisés par un pied.

    Jardin des Plantes : La Fontaine aux Lions

    La Fontaine est composée de deux lions de bronze surmontant un rocher. Derrière ceux-ci se trouve un bassin retenant l'eau devant ensuite s'écouler dans la fontaine proprement dite située en-dessous des Lions, parmi les roches. 

    Jardin des Plantes : La Fontaine aux Lions

    Un bassin de réception a été creusé à cet endroit. L'ensemble n'est plus en fonction aujourd'hui.

    Jardin des Plantes : La Fontaine aux Lions

    * Sources : http://paristoric.com/fr/paris-visite/tourisme-arrondissements/paris-5eme-arrondissement/840-paris-5eme-la-fontaine-aux-lions.html?&tmpl=component

    Jardin des Plantes : La Fontaine aux Lions

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    46 commentaires
  • La fontaine Cuvier, Paris 5ème arrondissement

    Adossée à l'angle des rue Linné et du 20 rue Cuvier, face au Jardin des Plantes, cette fontaine se compose d'un soubassement demi-circulaire, haut de 3 m environ, avec corniche dorique, et frise à fond de feuillage sur lequel sont, de face et en haut relief, des têtes de lion, de chien, de loup, de renard, de boeuf, de bélier, etc. Le globe terrestre parait à demi au-dessus de la corniche, et supporte la statue de la Nature assise sur un lion. Un crocodile, un phoque et quelques animaux rampent sur la corniche même. Une grande niche à plein cintre sert de fond sert au groupe de la Nature.

    La fontaine Cuvier, Paris 5ème arrondissement

    La clef de voûte de la niche représente un aigle enlevant un agneau dans ses serres. Tout cela est en pierre. Au bas du soubassement, et suivant sa courbure, est un bassin en fonte de fer bronzé, dans lequel trois têtes de serpent, en fonte aussi, jettent trois filets d'eau. 

    La fontaine Cuvier, Paris 5ème arrondissement

    Cette fontaine a été construite en 1840, sur les dessins de l'architecte Vigoureux l'aîné. La composition est ingénieuse, et l'aspect agréable, quoique l'ensemble ne soit peut-être pas assez svelte.

    La fontaine Cuvier, Paris 5ème arrondissement

    Cette fontaine est dédiée au Baron Léopold-Chrétien-Frédéric Cuvier dit Georges (1769-1832). Il a été le rénovateur de l'anatomie, il fût un des créateurs de la méthode naturelle, et fût le fondateur de la paléontologie.

    La fontaine Cuvier, Paris 5ème arrondissement

    * Sources : http://www.cosmovisions.com/monuParisFontaineCuvier.htm 

    La fontaine Cuvier, Paris 5ème arrondissement

     Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    47 commentaires
  • Jardin des Plantes : Emmanuel Frémiet par Henri Gréber

    Le sculpteur Emmanuel Frémiet est né à Paris le 24 décembre 1824, il y est mort le 10 septembre 1910. Tout en ayant exécuté des oeuvres de commande patriotiques dans un style néoclassique, il est reconnu comme un artiste excellent dans la production d'animaux dans un style naturaliste.

    Jardin des Plantes :  Emmanuel Frémiet par Henri Gréber

    Il se consacra surtout à la sculpture animalière et aux statues équestres en armure. Emmanuel Fremiet et le statuaire officiel de la troisième république. Une de ses oeuvres les plus connues est sa statue équestre de Jeanne D'Arc, place des Pyramides à Paris. Il reçoit une médaille d'honneur au salon de 1887 en "Gorille enlevant une femme" qui fait scandale.

    Jardin des Plantes :  Emmanuel Frémiet par Henri Gréber

    Emmanuel Fremiet est représenté ici travaillant sur le modèle réduit du "Dénicheur d'oursons" (sculpture qui est exposée également au Jardin des Plantes).  Le socle est orné de deux-bas reliefs. L'un est un bas-relief de Jeanne D'Arc. 

    Jardin des Plantes :  Emmanuel Frémiet par Henri Gréber

    La statue est de Henri Grèber.

    Jardin des Plantes :  Emmanuel Frémiet par Henri Gréber

    * Sources : Wikipédia et Sculptures du Jardin des Plantes à Paris

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    45 commentaires
  • Jardin des Plantes de Paris : Statue de Michel-Eugène Chevreul (1786-1889)

    Né à Angers sous Louis XVI, le chimiste Michel-Eugène Chevreul (1786-1889) assista à l'érection de la tour Eiffel. 

    Jardin des Plantes de Paris : Statue de Michel-Eugène Chevreul (1786-1889)

    Quand les troupes prussiennes bombardèrent le Muséum en 1870, il éleva une protestation demeurée fameuse. 

    Jardin des Plantes de Paris : Statue de Michel-Eugène Chevreul (1786-1889) Il passa 45 ans au Muséum dont 15 à la tête de l'établissement, étant le premier titulaire de la chair de chimie. Il élabora la théorie de la saponification qui permit la montée en flèche de l'industrie des savons et en fabriquant des bougies stéariques qui remplacèrent les chandelles de suif et révolutionnèrent l'art de l'éclairage. 

    Jardin des Plantes de Paris : Statue de Michel-Eugène Chevreul (1786-1889) 

    En 1824, Louis XVIII le nomma directeur des teintureries de la manufacture des Gobelins. Il put assister à l'inauguration de sa statue, les commanditaires ayant sans doute sous-estimé sa longévité. Celle-ci est installée dans le Jardin des Plantes vers l'amphithéâtre. Il y a aussi une rue Chevreul dans le XVème arrondissement. 

    Jardin des Plantes de Paris : Statue de Michel-Eugène Chevreul (1786-1889) 

    * Sources : http://www.paristoric.com/fr/paris-visite/tourisme-arrondissements/paris-5eme-arrondissement/3230-le-jardin-des-plantes.html?5a45c556faee377297e74fad22b87ced=fdcc1657180d80775747e3569ede97d0

    Cliquez sur les photos pour les voir en plus grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    67 commentaires
  • Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweck (1861-1935)

    Voici une statue qui mériterait qu'on parle plus d'elle. Elle est magnifique. C'est la statue de Bernardin de Saint-Pierre, l'auteur de Paul et Virginie. Elle est du sculpteur Louis Holweck. 

     Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweck (1861-1935)

    Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre est né au Havre le 19 janvier 1737. Il eut une jeunesse pauvre et aventureuse, grand voyageur, fût au service de la Russie. De retour en France, il fréquenta les salons philosophiques, ceux de Melle de Lespinasse et de Mme Necker. L'insuccès de la lecture de Paul et Virginie chez cette dernière jeta l'auteur dans un tel doute sur la valeur de son ouvrage qu'il faillit le détruire. 

     Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweck (1861-1935)  Ce fut Joseph Verret qui le sauva du feu. Les études de la nature, ouvrage inspiré par Jean-Jacques Rousseau, dont Bernardin de Saint-Pierre était l'ami, obtint au contraire, un grand succès. Lauréat de l'Académie de Besançon, Bernardin de Saint-Pierre fut intendant du Jardin des Plantes et du cabinet d'Histoire Naturelle en 1791, professeur de moral à l'Ecole Normale en 1794.

     Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweck (1861-1935)  Il fit partie de l'Institut en 1795, classe des Sciences Morales et Politiques et à l'organisation de 1803, il occupa dans la deuxième classe le fauteuil de A.-L. Séguier. Il devait recevoir Raynouard, Picard et Laujon le 24 novembre 1807. Il écrivit son discours de réponse aux trois récipiendaires, mais septuagénaire et ayant la voix faible, il dût laisser à François Neufchâteau le soin d'en donner lecture. Ce discours eut d'ailleurs peu du succès auprès du public fatigué des trois qu'il venait d'entendre.

     Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweck (1861-1935)

    En 1904, M. Eugène Patron légua au Muséum une somme de cinquante mille francs destinée à élever une statue à Bernardin de Saint-Pierre dans le Jardin des Plantes. Patin a prononcé son Eloge et Aimé Martin a écrit une notice sur Bernardin de Saint-Pierre. Bernardin de Saint-Pierre, meurt le 21 janvier 1814. 

     Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweck (1861-1935)  

    * Sources : http://www.cpa-bastille91.com/cartes-postales/statue/page/2/

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    67 commentaires
  • La nymphe tourmentant un dauphin. Sculpture de Joseph FELON (1818-1896)

    Le jardin des Plantes de Paris compte beaucoup de statues et sculptures, toutes plus belles les unes que les autres. Elles font partie du décor et on ne les regarde même plus. C'est bien dommage. Voici en quelques articles, les magnifiques statues du Jardin des Plantes de Paris. 

    "La nymphe tourmentant un dauphin" se trouve à l'emplacement de l'ancien bassin aux phoques, pas loin de la Ménagerie. (Il n'y a plus de phoques à la Ménagerie).

    La nymphe tourmentant un Dauphin, Joseph Félon (1818-1896) Sculpture en Bronze. Je ne trouve pas que ce dauphin ressemble à un dauphin, cependant cette statue est magnifique. Elle est en bronze et elle a été sculptée par Joseph Félon. 

    La nymphe tourmentant un Dauphin, Joseph Félon (1818-1896) Sculpture en Bronze.

    Joseph Félon est un sculpteur, lithographe et peintre, né à Bordeaux le 21 août 1818, et décédé à Nice en 1896. Il a été l'élève du peintre Jean Désiré Court. 

    La nymphe tourmentant un Dauphin, Joseph Félon (1818-1896) Sculpture en Bronze.

    Il remporte une médaille de troisième classe en 1861, un rappel de médaille en 1863 pour sa "Nymphe tourmentant un dauphin".

    Pour en savoir plus sur Joseph Félon: http://www.wikiphidias.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=314:felon&catid=34:biographie&Itemid=53

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    50 commentaires
  • Nénette est sans nul la plus connue des pensionnaires de la Ménagerie du Jardin des Plantes. Née dans les forêts de Bornéo, elle y est arrivée le 16 juin 1972, à l'âge estimée de 3 ou 4 ans. Elle a donc aujourd'hui un peu plus de 44 ans, ce qui est exceptionnel si l'on sait qu'en milieu naturel un orang-outan dépasse rarement l'âge de 35 ans. Elle a eu trois compagnons et donné naissance à quatre petits : les deux premiers ont été transférés à l'étranger, dans le cadre d'un programme européen destiné à favoriser la reproduction des espèces menacées (EEP). Le troisième, Tübo né en 1994, qui vivait près d'elle est décédé à la Ménagerie, ainsi que Dayou, son dernier-né, qui a succombé à un arrêt cardiaque en 2007, à l'âge de 8 ans. Actuellement, les Orangs-Outans de Bornéo séjournant à la Ménagerie sont aujourd'hui, avec l'arrivée de Joey en novembre 2013, au nombre de quatre. Outre Nénette, Théodora et sa fille Tamu sont arrivées en 2007, en provenance du Zoo de Twycross (Grande-Bretagne) et Joey.

    Jardin des Plantes de Paris : Des nouvelles de Nénette, star de la Ménagerie

    Nénette prend le soleil

    Figurez-vous qu'un orang-outan, ça boit du thé. Enfin, ceux de la Ménagerie. Nénette, Théodora et Tamü n'aiment pas l'eau. Alors, les vétérinaires l'aromatisent pour la rendre plus au goût des primates et éviter leur déshydratation. 

    Les soigneurs leur organisent aussi des jeux et des épreuves à l'heure du dîner, pour les stimuler : bidon à dévisser, tubes à faire passer dans des grillages, ... Et une fois ont récupéré leurs fruits, elles se les chapardent entre elles. 

    Jardin des Plantes de Paris : Des nouvelles de Nénette, star de la Ménagerie

     

    En plus de boire du thé, les 3 femelles (et maintenant Joey) dorment 13 h à 15 h par jour. C'est la moyenne pour un orang-outan. Cela laisse rêveur. Et dire que nous atteignons péniblement 6 h - 7 h de sommeil.

    L' "homme de la forêt"  fait partie de la famille des grands singes qui comptent 6 espèces. On y va pour le décompte : L'orang-outan donc, le gorille, le chimpanzé, le bonobo, le gibon et ... L'HOMME ! 

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    36 commentaires
  • Jardin des Plantes de Paris : Joey, le nouvel orang-outang

    Le Muséum national d'Histoire naturelle de Paris est heureux de vous  annoncer l'arrivée d'un nouveau venu dans la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, un orang-outang de Bornéo, confié par un zoo hongrois.

    Joey 3

    Joey, un orang-outan de Bornéo, a rejoint récemment les pensionnaires de la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris dans le cadre d'un plan d'élevage international.  "Joey est un mâle de 18 ans. Il est arrivé le 29 novembre pour se reproduire avec une des trois femelles de la ménagerie, Théodora, âgée de 25 ans", a expliqué mercredi Michel Saint-James, le directeur de la ménagerie.

    Joey 4

    Ce jeune mâle a été confié par le zoo de Sosto en Hongrie. "Il a été mis progressivement en contact avec ses congénères, visuellement derrière un grillage, avant d'intégrer physiquement le groupe, a-t-il dit se félicitant "que tout se soit bien passé".

    Joey 2

    Menacés par l'exploitation de l'huile de palme

    Avec une population estimée entre 50.000 et 60.000 individus dans les forêts pluvieuses et marécageuses de l'île de Bornéo, l'orang-outan qui signifie "homme de la forêt" en malais, figure sur la liste rouge des espèces en danger de l'Union internationale pour la conservation de la nature, l'IUCN.

    L'orang-outang de Bornéo est notamment victime de la déforestation faite au profit de champs de palmiers, destinés à l'exploitation de l'huile de palme, que l'on retrouve dans de très nombreux produits alimentaires industriels.

    Reconnaissable à son pelage roux et son disque facial graisseux de chaque côté des joues, l'orang-outan, qui vit une trentaine d'années à l'état sauvage et une dizaine d'années de plus en captivité, pèse 100 kg et mesure 1,40 mètre à l'âge adulte. La femelle donne naissance à un seul petit après neuf mois de gestation.

    Joey 1

    * Sources : BFMTV

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    49 commentaires
  •       FAITS DIVERS

    Un jeune homme de 20 ans a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi alors qu'il venait de découper à la tronçonneuse une défense d'éléphant dans la Galerie du Muséum National d'Histoire naturelle. L'éléphant avait été offert par le roi du Portugal à Louis XIV en 1668. 

    Muséum d'Histoire Naturelle de Paris 1

    C'est le bruit de la tronçonneuse qui a donné l'alerte. Un jeune homme a été arrêté par la police, dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 mars, alors qu'il venait de découper une défense d'éléphant dans la galerie de paléontologie du Muséum national d'histoire naturelle, à Paris. 

    L'animal, actuellement à l'état de squelette, avait été offert à Louis XIV par le roi du Portugal en 1668.

    Un individu, âgé de 20 ans, s'est introduit par effraction au Muséum, en escaladant des piques de 25 cm et brisant une vitre de 8 cm d'épaisseur. Une fois dans la "galerie d'anatomie comparée", qui renferme de très nombreux squelettes, dont celui de l'éléphante, il a sectionné sa défense gauche. Il s'est enfui avec l'objet mais a été arrêté par la brigade anti-criminalité (BAC) dans une rue voisine. Le cambrioleur a été placé en garde à vue et une enquête confiée aux policiers de la sûreté parisienne. La procédure devrait permettre d'en savoir plus sur les motivations du vandale. 

    Tricératops Jardin des Plantes 1

    Mardi 2 avril 2013 :   

    Le retour sur terre a été brutal.  Le vandale, dont on ignore toujours l'identité, arrêté par la BAC dans une rue voisine du Muséum, d’abord placé en garde à vue, a dû être hospitalisé car il s’était blessé au pied.
    Aucun mobile n’a jusqu’à présent été avancé pour expliquer le vol de la défense.
    Il faudra attendre les suites de l’intervention chirurgicale, la garde à vue du monte-en-l’air ayant été suspendue, indique-t-on de source judiciaire.

    Trois jeunes gens originaires de Seine-Saint-Denis 

    L'exploitation des images de vidéo-surveillance a permis aux enquêteurs de déterminer que deux jeunes gens âgés de 16 et 20 ans, originaires de Seine-Saint-Denis comme l'individu arrêté samedi, attendaient le voleur à l'extérieur du Musée.

     Les trois hommes ont été déférés mardi matin au parquet de Paris en vue de leur présentation à un juge d'instruction. Ils pourraient être poursuivis pour "vol sur un bien culturel en réunion avec dégradation et effraction", un délit passible de 10 ans d'emprisonnement.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    51 commentaires
  • Jardin des Plantes de Paris - Statue de Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon.

    Il s’appelait en réalité Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon. Le 7 septembre 2007, on célèbrait le troisième centenaire de sa naissance. Il a été Intendant du Jardin des Plantes de 1739 à 1788 (Buffon est mort le 16 avril 1788). Á la fin de sa vie, le Jardin qui avait été transformé en juin 1793 en Muséum national d’histoire naturelle, était devenu un centre scientifique des sciences de la nature en Europe et dans le monde.

    Statue de Buffon Jardin des Plantes 2

    Auteur d’une monumentale Histoire naturelle, générale et particulière, publiée en 36 volumes in-4° entre 1749 et 1788, Buffon a aussi travaillé dans les domaines les plus divers, des mathématiques au calcul de probabilité, de la métallurgie à l’industrie du fer, de l’expertise pour la marine au problème de l’acclimatation de nouvelles espèces animales et végétales sur le territoire français. Ami – ou rival – de toutes les personnalités éminentes du siècle des Lumières, son succès et ses ouvrages suscitèrent admiration et jalousie. Homme de salon, et industriel avisé, Buffon fut probablement le savant le plus connu de son époque : certainement le plus lu.

    Statue de Buffon Jardin des Plantes 1

    Buffon, considérait que les êtres vivants étaient trop complexes pour être classés selon quelques caractères. Dans ses écrits, il présente  le cheval comme étant «la plus noble conquête de l’homme», le chat, «un domestique infidèle»; «à la fierté, au courage, à la force, le lion joint la noblesse, la clémence, la magnanimité,le tigre, [selonlui], bassement féroce, cruel, sans justice, c’est-à-dire sans nécessité». Il considère, le singe comme «un homme dégradé» et l’âne, «un cheval dégradé». Buffon nota systématiquement pour chacune des espèces, ses traits caractéristiques, son environnement, ainsi que les moeurs de chaque individu qu’il avait observé.

    Même s'il ne fut pas avare d’affirmations gratuites, et même si ses remarques sont truffées d'erreurs, Buffon a permis à la science de faire un pas en avant. En appliquant sa méthode et en réunissant plusieurs espèces voisines physiologiquement, mais de comportements ou d’habitats différents, il constitua des familles ayant, selon lui, une unité biologique et esquissa ainsi une théorie de l’évolution du monde vivant, que développera, un siècle plus tard, Charles Darwin.

    Statue de Buffon Jardin des Plantes 3

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    34 commentaires
  • Mille et une orchidées

    Elles nous viennent tout droit des origines de la terre et sont les végétaux les plus répandus sur notre planète. Fascinantes par leur beauté, leur extraordinaires capacités d'adaptation, les orchidées dégagent toujours un parfum de mystère.On les imagine à leur place en pleine forêt vierge. Certes, mais on en trouve aussi en moyenne montagne et même en Ile-de-France. Certains spécialistes en auraient détectées, dans les espaces verts de la capitale.

    Orchidees-Jardin-des-Plantes-6-copie-1.jpg

    Orchidées Jardin des Plantes 8

    Orchidées Jardin des Plantes 4Il serait trop long d'entrer dans le détail de leur système biologique tant il est complexe. Par exemple, la plupart des orchidées ont besoin d'un insecte particulier et d'un champignon pour se reproduire. Cette alliance est si précise qu'une variété d'orchidée ne peut survivre si elle est déplacée d'un continent à l'autre si elle est dépourvue de ses alliés et celà même si le climat est strictement identique.Orchidées Jardin des Plantes 3

    Orchidées Jardin des Plantes 7

    Orchidées Jardin des Plantes 2

    Le cas le plus célèbre est sans doute celui de la vanille, originaire d'Amérique centrale et qui est cultivée à Madagascar, La Réunion... Mais uniquement parce que l'homme a inventé un outil qui lui permet de polliniser cette liane au parfum subtil. Il lui aura fallu deux siècles pour comprendre pourquoi tous les essais de transplantation de la vanille s'étaient soldés par des échecs...

    Orchidées Jardin des Plantes 5

    Orchidées Jardin des Plantes 1

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    41 commentaires
  • MILLE ET UNE ORCHIDÉES

    Une exposition, qui avait lieu aux Grandes Serres du Jardin des Plantes - ( du 22 février au 18 mars )

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 1

    Dans le cadre exceptionnel des Grandes Serres, le Jardin des Plantes souhaitait renouer avec la tradition d'expositions végétales et particulièrement d'exposition d'orchidées. Ainsi, c'était plus de mille pieds d'orchidées en fleurs qui étaient venus animer la serre tropicale. Une draperie de Phalaenopsis cascadera sur le grand rocher après que des gerbes de Cymbidium avaient jailli à l'entrée. Cette famille végétale mythique compte environ 30 000 espèces, elle est l'un des groupes de plantes à fleurs les plus diversifiés et les plus « sophistiqués ».

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 5

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 4

    Le Muséum en conserve une très belle collection riche de plus de 1000 espèces « sauvages ». Elles sont, pour la plupart, gardées dans les serres de l'Arboretum de Chèvreloup près de Versailles. L'exposition était aussi une belle occasion de découvrir quelques-unes des raretés appartenant à cette collection historique. Un zoom avait été fait sur l'acquisition en 2011 de la collection de l'orchidéïste français Marcel Lecoufle qui a cessé son activité et dispersé les rares plantes qu'il gardait par passion. Le Jardin du Luxembourg du Sénat et les serres d'Auteuil de la Ville de Paris avaient été invités à la manifestation. Quelques-unes des orchidées extraites de leurs collections extraordinaires et secrètes étaient dévoilées pour la première fois au public.

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 2

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 9

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 3

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 6

    Enfin, il avait été confié à trois producteurs français d'orchidées la création de trois « scènes d'orchidées » où ils étaient mis en valeur dans des décors simples contemporains et naturels des plantes exceptionnelles.

    Cette exposition était une fenêtre entrouverte sur les plus belles collections d'orchidées conservées à Paris et sur les plus beaux catalogues privés des orchidéïstes français.

    Avec l'appui de l'association française pour la protection des orchidées (AFCPO). 

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 7

    Jardin des Plantes 1 000 orchidées 8

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    50 commentaires
  • Vous n’avez pas de voiture, le zoo de Vincennes est toujours en rénovation et votre petite tête blonde parisienne vous réclame des animaux sauvages à corps et à cris.  L'horreur ! Pas d'inquiétude, on vous donne la solution : La Ménagerie du Jardin des Plantes .

    La fameuse institution créée en 1794 pour recueillir les animaux chassés de la ménagerie royale de Versailles, abrite un impressionnant bestiaire. Dispersés parmi les 5 hectares et demi du lieu, plus de 2000 animaux, souvent en voie de disparition et de petite taille, cohabitent à l'abris de l'extinction.

    Autant vous prévenir, nuls lions, éléphants, et girafes à la ménagerie, mais une grande variété de singes, d’oiseaux, de reptiles, et quelques panthères, autruches et antilopes. Et puis, au milieu de toute cette faune, il y a la Star, j'ai nommé Nénette ! L’orang-outang de 43 ou 44 ans, vedette du documentaire éponyme de Nicolas Philibert sorti le 31 mars 2010. C'est la doyenne des lieux, et cela depuis 1972 !

    Ménagerie article 29 janvier 2013 1

    Ménagerie article 29 janvier 2013 2

    Ménagerie article 29 janvier 2013 3

    Les orangs outans sont une espèce en voie de grande disparition. L'orang outan ne vit à l'état naturel que dans deux endroits du monde, Sumatra et Bornéo. Aujourd'hui, à cause du braconnage et de la déforestation, il n'en resterait plus que 30000 à Bornéo et 3000 à Sumatra. Si rien n'est entrepris, l'orang outan pourrait avoir complètement disparu de Sumatra en 2025.

    Ménagerie article 29 janvier 2013 4

    Pour garder la forme, Nénette suit un entraînement quotidien de quelques minutes avec l'équipe médicale. Une des vétérinaires de la ménagerie constate que la demoiselle « va très bien », « qu'elle mange et se déplace tout aussi bien ». 

    Ménagerie article 29 janvier 2013 5

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    39 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique