• Ménagerie du Jardin des Plantes : "loango" à l'heure de la sieste

    Photos prises le 17 mai 2012, Loango a un peu plus de 2 mois.

    Ménagerie du jardin des plantes : "Loango" l'heure de la sieste

     

    Ménagerie du jardin des plantes : "Loango" l'heure de la sieste

     

    Ménagerie du jardin des plantes : "Loango" l'heure de la sieste

     Comme tous les bébés, Loango dormait beaucoup ... 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    39 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

    Loango est né à la Ménagerie du Jardin des Plantes le 5 mars 2012. Abandonné par sa mère à la naissance (comme sa soeur Coumba), se sont les soigneurs de la Ménagerie qui ont pris soin de lui et qui l'ont élevé. 

    Aujourd'hui Loango a plus de 5 ans et il va très bien. Il vit avec ses parents et sa soeur Coumba.

    Plus de sieste et de pause biberon, c'est un grand maintenant. 

    Voici quelques photos de la petite enfance de Loango. (Photos 2012)

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

     

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

     

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

     

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

    La pause biberon : 

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

     

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

     

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

     

    Ménagerie du Jardin des Plantes : "Loango" le petit Mangabey Couronné

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    40 commentaires
  • Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

    Il faisait bien doux ce 1er novembre. Voici quelques clichés de cette belle journée.

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

     

    Ma balade du 1er novembre au Parc du Château de Rambouillet

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    98 commentaires
  • Reflets d'automne

    Un reflet est, en physique, l'image virtuelle formée par la réflexion spéculaire d'un objet sur une surface. La nature spéculaire de la réflexion est liée aux caractéristiques du corps réfléchissant. Les formes les plus connues s'obtiennent par réflexion sur une surface métallique (miroir), le verre ou l'eau.

    L'image virtuelle est inversée et se trouve de manière symétrique à l'objet par rapport au plan de réflexion (lois de Descartes).

    Reflets d'automne

     

    Reflets d'automne

     

    Reflets d'automne

     

    Reflets d'automne

     

    Reflets d'automne

     

    Reflets d'automne

    * Sources : Wikipédia : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    91 commentaires
  • "Novembre" poème de François Coppée

    Captif de l’hiver dans ma chambre
    Et las de tant d’espoirs menteurs,
    Je vois dans un ciel de novembre,
    Partir les derniers migrateurs.

    "Novembre" poème de François Coppée

    Ils souffrent bien sous cette pluie ;
    Mais, au pays ensoleillé,
    Je songe qu’un rayon essuie
    Et réchauffe l’oiseau mouillé.

    "Novembre" poème de François Coppée

    Mon âme est comme une fauvette
    Triste sous un ciel pluvieux ;
    Le soleil dont sa joie est faite
    Est le regard de deux beaux yeux ;

    "Novembre" poème de François Coppée

    Mais loin d’eux elle est exilée ;
    Et, plus que ces oiseaux, martyr,
    Je ne puis prendre ma volée
    Et n’ai pas le droit de partir.

    "Novembre" poème de François Coppée

     François Coppée

    Photos prises à Rambouillet, le 8 novembre 2017 - Cliquez sur les clichés pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    46 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    Pierre calcaire
    250 x 145 x 140 cm
    260 x 145 x 140 cm
    265 x 145 x 140 cm
    Co-Production Le Quadrilatère, Beauvais
    Semiose, Paris; Sorry We’Re Closed, Brussels

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    Stefan Rinck est né en 1973 à Hambourg. Il vit et travaille à Berlin. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    Ces figures de pierre composent une population bigarrée, d'animaux, chimères ou monstres.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    Costumés, masqués, nommés d'après des héros de la mythologie, ils composent une assemblée de non-humains discordante venant d'un autre monde, d'un imaginaire archaïque, tissé de mythes et de légendes. À travers cette faune, l'artiste explore une verve comique, réaliste et fantastique, et revivifie l'iconographie avec une pratique du Moyen-Âge : la sculpture par taille directe.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    Ces rocs taillés se dressent avec fierté : îlots verticaux, fidèles au bloc natif dont ils sont extraits, ils s'imposent par une présence immédiate.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    Avec ses sculptures frôlant les trois mètres, Stefan Rinck relève ici le défi de la monumentalité du Jardin des Tuileries. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Les statues meurent aussi" Stefan Rinck (2017)

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    37 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Serre Cyprès Florence" Patrick Saytour (1987)

    Cyprès, serre 
    200 x 370 x 1200 cm
    Ceysson & Bénétière, Paris, Luxembourg, Saint-Étienne, New York 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Serre Cyprès Florence" Patrick Saytour (1987)

    Patrick Saytour est né en 1935 à Nice. Il vit et travaille à Aubais en France. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Serre Cyprès Florence" Patrick Saytour (1987)

    Il s’est inspiré pour cette œuvre de la célèbre Vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en ruines, 1796, peinte par Hubert Robert.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Serre Cyprès Florence" Patrick Saytour (1987)

    L’artiste l’a alors accommodée selon les processus élaborés lors du moment Supports/Surfaces. La présence « poétique » des cyprès jaillissant d’une serre à demi détruite se mue en une citation burlesque et théâtrale de l’art ancien esquivant toute allusion aux significations de la ruine classique.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Serre Cyprès Florence" Patrick Saytour (1987)

    Cette installation déconcertante « fonctionne » comme un signal, dans le chaos désenchanté du temps présent, des traces prémonitoires du désastre à venir. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Serre Cyprès Florence" Patrick Saytour (1987)

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    68 commentaires
  • Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    Elles sont deux chèvres à brouter l’herbe des fossés du Jardin des Tuileries. Leur mission : tondre la pelouse !

    Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    Les gazons le long des jardins réservés de part et d’autre du grand bassin rond, ont une pente tellement forte que les jardiniers devaient couper la sécurité de la tondeuse, ce qui représentait un danger. Ces chèvres, de la race dite « des fossés », qui a bien failli disparaître (elle ne compte plus que 700 spécimens dans le monde), participent donc sans le savoir à l’amélioration des conditions de travail !

    Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    Elles sont mises à disposition par une entreprise, chargée de l’entretien des jardins voisins du Louvre, tant qu’il restera de l’herbe à paître, certainement jusqu’à l’automne si la météo se maintient.

    Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    La chèvre des Fossés, c’est la chèvre commune du Grand Ouest de la France. Elle provient des régions Bretagne, Haute et Basse-Normandie, Pays de la Loire.

    Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    Comme son nom l’indique, elle était utilisée à l’entretien des talus et fossés, souvent attachée à un piquet (élevée à la pique) ou gardée par les enfants.

    Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    Elle valorisait donc un espace inculte tout en le maintenant propre. Elle était traditionnellement élevée pour son lait, parfois transformé en fromage. Docile et rustique, elle est aujourd’hui relancée pour sa production laitière et le débroussaillage.

    Des chèvres parisiennes au Jardin des Tuileries

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    59 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Cartographie des Processus" de Jean Denant (2017)

    Aluminium peint 
    Paravent : 3x 150 x 300 x 1,5 cm
    Méridienne : 198 x 101 x 61 cm
    Avec le soutien de Technilum®
    Anne de Villepoix, Paris

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Cartographie des Processus" de Jean Denant

    Jean Denant est né en 1979 à Sète, où il vit et travaille.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Cartographie des Processus" de Jean Denant

    À partir des fragments retirés aux trois grandes plaques du paravent, l’artiste recompose un réel. De cette étape, demeurent les trous vides, comme une invitation à l'introspection et à investir le vide laissé par la disparition de la matière. Pourtant, bien qu'invisible, cette matière est présente : elle permet de construire un mobilier emprunté au design du Bauhaus, à l’esthétique de Mies Van der Rohe.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Cartographie des Processus" de Jean Denant

    Ici l’extrêmement sobre lit de repos Barcelona tel Le divan de psychanalyse, il devient alors la métaphore des différentes couches du mental, des superpositions de réalités qui participent de la construction d'un réel affirmé. Ce lieu, au milieu du jardin, invite alors à la contemplation, à la suspension du temps. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Cartographie des Processus" de Jean Denant

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    46 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    Tôle
    200 x 2000 x 50 cm 
    Ceysson & Bénétière, Paris, Luxembourg, Saint-Étienne, New York

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    Florian Pugnaire, né en 1980, et David Raffini, né en 1982, vivent et travaillent à Nice. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    Onde s’inspire d’une œuvre de 2011, présentée au Centre d’Art Concret de Mouans-Sartoux. Le duo poursuit leur entreprise en en proposant une version monumentale et complète.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    Sont développés ici les liens forts que Pugnaire & Raffini sont en train d’investir entre les champs de la sculpture et de la vidéo.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    En prolongeant l’œuvre, les artistes se rapprochent de la séquence chronophotographique propre à la vidéo.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    Les 24 tôles correspondent aux 24 images composant une seconde de film animé. Elles sont ainsi figées sculpturalement sans pouvoir se répéter inlassablement, en suspens, comme une décortication parfaite du temps. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Onde" de Pugnaire et Raffini (2017)

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    43 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "The Misthrown Dice" de Gilles Barbier (2017)

    Aluminium thermo laqué, métal, rocher
    200 x 200 x 200 cm
    Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "The Misthrown Dice" de Gilles Barbier (2017)

    Gilles Barbier est né en 1965 à Vanuatu. Il vit et travaille à Marseille. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "The Misthrown Dice" de Gilles Barbier (2017)

    Lors du Congrès Solvay de 1927, un échange célèbre oppose deux physiciens : Albert Einstein : Dieu ne joue pas au dé ! Niels Bohr : Einstein, cessez de dire à Dieu ce qu’il doit faire ! Derrière ce différent se cachent deux conceptions irréconciliables. Einstein est déterministe et rejette le hasard tandis que Bohr, représentant de la jeune physique quantique, développe une vision probabiliste du monde.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "The Misthrown Dice" de Gilles Barbier (2017)

    Gilles Barbier, dès ses débuts, se nourrit de cet « esprit quantique » : la multiplicité des scenarios, l’aléatoire et la suspension du choix, sont autant d’éléments clés de son langage.

    Le Misthrown Dice élabore en une scène simple une synthèse entre recours au hasard et possibilité d’en arrêter l’issue aveugle par un vice de forme.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "The Misthrown Dice" de Gilles Barbier (2017)

    Le dé étant « cassé », les six choix potentiels qu’il offre restent indéfiniment en suspension. 

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    45 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Sans titre" de Erik Dietman (2002)

    Erik Dietman, "Sans titre", 2002, bronze, Ceysson & Bénétière, Paris, Luxembourg, Saint-Étienne, New York ; galerie Papillon, Paris. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Sans titre" de Erik Dietman (2002)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Sans titre" de Erik Dietman (2002)

     Erik Dietman est né en 1937 à Jönköping en Suède. Il est décédé en 2002 à Paris. 

    Venu du Grand Nord de l’Europe, l’artiste suédois aime l’animal biscornu par exemple : le renne aux grands bois, mi-animal, mi-végétal, qui fixe de surcroît par ses cornes la gauloiserie carnavalesque du cocuage. Le primitivisme de l’animalité induit non seulement une critique de soi mais aussi une critique de la sculpture moderne dont Erik Dietman ne cesse de déplacer les enjeux. En 1979, il intitule une exposition « En sortant de chez Duchamp, j’ai trouvé les clefs de chez Picasso. »

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Sans titre" de Erik Dietman (2002)

    Un ensemble d’œuvres constitue un discours loufoque sur l’art moderne et plus particulièrement sur la sculpture. 

    Cet ensemble fait écho à l’Ami de personne, œuvre permanente du jardin. 

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    47 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

    Erik Dietman aime particulièrement les Ursini, des animaux biscornus par exemple : le renne aux grands bois, mi-animal, mi-végétal, qui fixe de surcroît par ses cornes la gauloiserie carnavalesque du cocuage.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

    Ici, cette famille fait écho à l’Ami de personne, œuvre permanente du jardin.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Famille Ursini" de Erik Dietman (1999)

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    91 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Le dernier cri" de Erik Dietman (1994)

    Bronze
    300 x 212 x 212 cm 
    Ceysson & Bénétière, Paris, Luxembourg, Saint-Étienne, New York

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Le dernier cri" de Erik Dietman (1994)

    Erik Dietman est né en 1937 à Jönköping en Suède. Il est décédé en 2002 à Paris. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Le dernier cri" de Erik Dietman (1994)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Le dernier cri" de Erik Dietman (1994)

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Le dernier cri" de Erik Dietman (1994)

    Venu du Grand Nord de l’Europe, l’artiste suédois aime l’animal biscornu par exemple : le renne aux grands bois, mi-animal, mi-végétal, qui fixe de surcroît par ses cornes la gauloiserie carnavalesque du cocuage. Le primitivisme de l’animalité induit non seulement une critique de soi mais aussi une critique de la sculpture moderne dont Erik Dietman ne cesse de déplacer les enjeux. En 1979, il intitule une exposition « En sortant de chez Duchamp, j’ai trouvé les clefs de chez Picasso. » Un ensemble d’œuvres constitue un discours loufoque sur l’art moderne et plus particulièrement sur la sculpture. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : "Le dernier cri" de Erik Dietman (1994)

    Cet ensemble fait écho à l’Ami de personne, œuvre permanente du jardin. 

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    51 commentaires
  • Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : THRU THE STARDUST, THE HEAT ON THE LAWN (CLAUDE), 2017 - Jim DINE

    Grès, émaux de Sèvres et bronze, socles en béton 
    140 x 100 x 100 cm 
    Templon, Paris, Brussels; Manufacture de Sèvres

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : Sculptures de Jim DINE

    Jim Dine est né en 1935 à Cincinnati. Il vit et travaille à Paris et à Walla Walla. En 2016, il a été invité par la Manufacture de Sèvres / Cité de la Céramique à élaborer une nouvelle série d'œuvres.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : Sculptures de Jim DINE

    Dans un atelier prêté par le musée, Jim Dine a créé un ensemble spectaculaire de dix vases / sculptures d'argile. Cuites et vernies sur place, avec l'expertise et la technique traditionnelle de l'équipe de Sèvres, ces sculptures intègrent ses poèmes manuscrits ainsi que des couvercles sculptés faits d'outils fondus en bronze.

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : Sculptures de Jim DINE

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : Sculptures de Jim DINE

    Elles offrent une réflexion sur le pouvoir des mots - les poèmes comme réceptacles - en créant des liens entre les outils et le langage, entre la sensualité de l'argile et la dureté du bronze tordu. 

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : Sculptures de Jim DINE

     

    Jardin des Tuileries : FIAC 2017 : Sculptures de Jim DINE

    * Sources : ICI - Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    67 commentaires
  • Versailles : Statue équestre de Louis XIV

    Cette statue équestre de Louis XIV est une statue équestre en bronze située sur la place d'Armes devant le château de Versailles. Jusqu'en 2008-2009, elle se trouvait dans la cour d'Honneur.

    Versailles : Statue équestre de Louis XIV

    La statue équestre de Louis XIV a regagné le château de Versailles le 27 avril 2009. Mais pas exactement là où Louis-Philippe l'avait fait ériger en 1836, ayant converti la résidence royale en musée « À toutes les gloires de France ». En effet, au cours de ses trois ans d'absence pour restauration, le rétablissement de la grille royale conçue par Hardouin-Mansart lui a volé sa place. Désormais, le Roi-Soleil trône plus en avant, au tiers inférieur de l'axe central de la place d'Armes, comme pour accueillir les visiteurs lui-même.

    Versailles : Statue équestre de Louis XIV

    «On a rétablit un grand sym­bole de Versailles, un symbole d'accueil», avait déclaré à cette occasion Jean-Jacques Aillagon, le président de l'établissement public du musée et du domaine national de Versailles. N'en déplaise à ses détracteurs, dont l'historien Camille Pascal, raillant les proportions légèrement différentes du cavalier et de sa monture, «un mariage mal proportionné donnant l'impression d'un Roi-Soleil monté sur son poney » et s'indignant : «Il ne serait jamais venu à l'idée du roi de se statufier au milieu de sa basse-cour !». 

    Versailles : Statue équestre de Louis XIV

    La Fonderie de Coubertin, spécialisée dans les bronzes monumentaux, a redonné à cet ensemble son lustre d'antan. Un travail de Titan autant que d'orfèvre. Il aura fallu reprendre ses armatures internes et externes, nettoyer ses épidermes qui étaient altérés, réparer aussi, voire remplacer certaines pièces et finalement traiter, avec une cire de protection microcristalline, la patine générale des bronzes. Même le piédestal a été restauré. Le chantier, qui a coûté 500 000 euros, aura été rendu possible grâce au mécénat de La Française des jeux, qui en a financé les deux tiers. 

    Versailles : Statue équestre de Louis XIV

    Ce n'est pas la première fois que la conservation du monument pose problème. «En 1977, il avait fallu déposer à titre préventif certaines pièces fragiles, plumet du chapeau, harnais du cheval, lame de l'épée, qui menaçaient de tomber» , rappelle-t-on au château de Versailles. 

    * Sources : Le Figaro.fr : link

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    62 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires