• La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

    La Panthère de Chine (Panthera pardus orientalis), également appelée "Panthère de l'Amour" du nom du fleuve en Chine, est une sous-espèces de panthère (Panthera pardus) en voie d'extinction.

    La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

     

    La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

    Elle peut atteindre 1,40 m de long pour un poids maximum de 50 kg.

    La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

    Dans les régions désertiques, elle est capable de survivre à la sécheresse en buvant seulement tous les deux ou trois jours.

    La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

    Elle se nourrit généralement de cerfs et de sangliers.

    Elle ne survit plus aujourd'hui que dans un mince territoire le long de la frontière entre la Chine et la Russie. Elle vit dans les forêts et dans les zones rocheuses de l'Amour et de l'Oussouri.

    La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

    La médecine chinoise attribue à sa dépouille des vertus médicinales, et de ce fait, elle est chassée à outrance. Elle a perdu 90% de son domaine vital à cause de la déforestation.

    La ménagerie du Jardin des Plantes : Tao, Panthère de Chine

    Selon les scientifiques, il ne resterait qu'une vingtaine d'individus vivant à l'état sauvage. Environ 200 de ces animaux sont recensés dans des parcs zoologiques.

    * sources : http://www.chine-informations.com/guide/panthere-de-chine_2039.html 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    52 commentaires
  • Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    Originaire des hauts plateaux Andins, ce petit camélidé domestique élégant, fin et racé pèse une soixantaine de kg pour une taille d’environ 90 cm. 

    Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    Il peut vivre une vingtaine d’années.  S’acclimatant facilement, adaptable, rustique et sobre, il a l’instinct grégaire développé et a besoin de la compagnie de congénères. 

    Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    Il se nourrit principalement d’herbe et de foin. La femelle, après une gestation de prés d’un an, met bas un seul petit appelé « cria ».

    Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    Son élevage se développe rapidement en France et en Europe et progresse d’environ 15 % par an. 

    Les éleveurs produisent des animaux d’élevage, mais aussi des animaux de compagnie et d’agrément. Les alpagas, eux, produisent de deux à six kilos de laine par an.

    Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    La sélection améliore considérablement la quantité et les qualités de la laine, qui devient beaucoup plus fine, résistante, lustrée,  douce et élastique (« crimp »). Elle est naturellement anallergique et résistante au feu.  

    Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    Cet animal familier sortant de l’ordinaire est doux, sociable, intelligent et réservé. Vous pourrez établir avec lui une relation paisible et harmonieuse. Il s’éduque facilement.

    Une nouveauté à la Ménagerie du Jardin des plantes : l'Alpaga

    L’alpaga est respectueux de l’environnement et n’abime pas le sol avec ses pieds. Grâce à ses 22 couleurs naturelles, il n’est pas nécessaire de teindre sa laine.

    * Pour lire l'article complet sur cet animal : http://www.alpaga-developpement.org/Alpaga/Lalpaga.html

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    54 commentaires
  • "Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur." Céline Blondeau

     Jardin des Plantes : Petites fleurs du weekend

    "Les fleurs ne nous laissent jamais tomber. Elles nous accompagnent dans le bonheur et nous soutiennent dans le malheur." Céline Blondeau 

     Jardin des Plantes : Petites fleurs du weekend

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    80 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des plantes : Antilope Nilgaut 

    L'antilope nilgaut (Boselaphus tragocamelus) est un grand bovidé originaire de l'Inde classé dans le genre Boselaphus dont il est l'unique représentant. Ce mammifère est la plus grande espèce d'antilope d'Asie.

    L'antilope nilgaut est une grande antilope, dont la taille varie entre 1,80 et 2,10 m de long, de 1,20 à 1,50 m de haut pour un poids allant de 120 à 300 kg. La queue mesure de 40 à 45 cm de long. Ledimorphisme sexuel est présent chez cette espèce, les femelles étant plus petites et plus légères que les mâles.

    Ménagerie du Jardin des plantes : Antilope Nilgaut

    Madame, qui attend un heureux événement, fait la sieste à l'ombre ... 

    La couleur du pelage des femelles est généralement brun, tandis que celui de mâles est gris bleu. Les jeunes sont généralement de couleur brun pâle. Le poil est court, mais la peau sur la poitrine et le cou des mâles sont plus épais. Des taches blanches ornent le visage et la bordure des lèvres. Le cou est couvert d'un collier blanc et une bande de la même couleur est visible sous le poitrail et, deux autres marquent le dessus des sabots.

    Les jambes minces soutiennent un corps trapu, qui s'incline vers le bas vers l'arrière, tandis que les jambes sont fines, faites pour la course. La tête est longue et étroite surmontée par deux cornes courtes et coniques légèrement incurvées vers l'avant. Celles-ci mesurent en moyenne 18 cm de long et ne sont généralement présentes que chez les mâles. Les femelles n'ont normalement pas de cornes bien que quelques spécimens peuvent en avoir.

    L'antilope nilgaut est une antilope pouvant courir jusqu'à 75 km/h, avec une vitesse de croisière de 25 km/h.

    (Cette antilope me tournait le dos systématiquement dès que je m'approchais pour la prendre en photo. Alors je me suis cachée derrière le feuillage proche de son enclos, mais au premier "clic-clac" j'ai été découverte sur le champ !).

    Ménagerie du Jardin des plantes : Antilope Nilgaut

     

    Ménagerie du Jardin des plantes : Antilope Nilgaut

    L'antilope nilgaut, comme bon nombre d'espèces d'antilopes, est une proie de choix pour les prédateurs affamés. Parmi eux, on retrouve entre autres le tigre, le lion d'Asie, le léopard, le dhole, le loup des indes et le crocodile. Pour échapper à ses ennemis, son ouïe performante ainsi que ses performances en course sont ses seules armes.

    Ménagerie du Jardin des plantes : Antilope Nilgaut

    L'antilope nilgaut n'étant pas considérée comme menacée, elle est inscrite dans la catégorie Préoccupation mineure (LC) sur la Liste rouge de l'IUCN.

    Ménagerie du Jardin des plantes : Antilope Nilgaut

    Cette antilope évolue dans de nombreux parcs nationaux et autres aires protégées en Inde. Elle est considérée comme sacrée par les Hindous en raison de sa ressemblance avec la vache.

    * sources : http://www.manimalworld.net/pages/bovidae/antilope-nilgaut.html

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    50 commentaires
  • La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Le Percnoptère ou Vautour percnoptère (Neophron percnopterus), aussi appelé Percnoptère d'Égypte, est une espèce de vautour de l'Ancien Monde que l'on trouve en Afrique autour du Sahara (Maghreb et sud saharien), dans le sud de l'Europe (Espagne, Italie, Grèce, bassin de la mer Noire et sud de la France), et en Asie de la Turquie jusqu'à l'Inde.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Il peut être désigné de façon désuète par le nom de Alimoche ou Catharte alimoche. En Béarn, il est également appelé la Marie-Blanque (En béarnais :Maria Blanca), et a donné son nom au col de Marie-Blanque, un col des Pyrénées françaises situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques (64) sur la route de liaison entre la vallée d'Aspe et la vallée d'Ossau.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Sa taille est de 58 à 78 cm, avec une envergure de 150 à 180 cm, pour un poids 1,5 à 2 kg, en fait le plus petit vautour de l'ancien Monde.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Il se caractérise par une face jaune, un bec long et mince, de couleur jaune également (le bout du bec peut être noir), un plumage blanc sauf pour la partie terminale des ailes (rémiges) qui est noire.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Le percnoptère peut se nourrir de tout, la plupart du temps d'animaux morts (dépeçage des carcasses), mais aussi d'œufs dont il brise la coquille (œufs d'autruche en Afrique : il utilise des cailloux de 100 à 300 grammes pour briser la coquille).

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Il peut également être coprophage. L'estomac des percnoptères est parfaitement conçu pour affronter le plus dur des régimes alimentaires.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Grâce à son jabot et à son gésier très extensiles, le charognard peut se bourrer d'un énorme repas avant d'affronter des jours et parfois des semaines de jeûne.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Ses sucs digestifs puissants l'aident à digérer de la viande en putréfaction renfermant des toxines mortelles pour les autres carnivores.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Les pecnoptères adultes vivent généralement en couple. Fidèles et farouches, ils établissent leur nid en des lieux accidentés, des falaises ou des gorges.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Dans une cavité bien abritée, ils amassent des branches sèches, des ossements, des débris divers puis un matelas feutré de laine et de poils.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Protégé depuis 1976, le plus petit vautour présent en France a vu sa population remonter à 87 couples en 2007. Son alimentation se raréfie du fait des lois sanitaires.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : Le Percnoptère d'Egypte

    Le Percnoptère d'Égypte bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est inscrit à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.

    * sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Percnopt%C3%A8re

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    48 commentaires
  • La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    L'Ara bleu (Ara ararauna), encore appelé Ara bleu et jaune ou Ara ararauna, est un grand perroquet du genre Ara facilement reconnaissable aux couleurs de son plumage.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    Cet oiseau est protégé par la Convention de Washington (Annexe II) et l'arrêté ministériel du 15 mai 1986 listant les espèces d'oiseaux protégées de Guyane.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    Il mesure environ 90 cm de long et pèse environ 1,3 kg. Le dessus est bleu turquoise et le dessous jaune d'or. Le front et la calotte sont bleu-vert.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    Les sous-caudales sont jaune bleuté. Un collier noir est présent sous la face. Les joues blanches sont dénudées mais marquées cependant de quelques stries de plumes noires. Les yeux sont jaunes, le bec et les pattes noirs. La femelle est plus petite et plus claire que le mâle.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    Les Aras bleus sont surtout présents en Amérique centrale et du Sud du Panama au nord du Paraguay ainsi qu'en Guyane.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    L'Ara bleu est encore assez commun dans certaines régions. Il peuple les forêts, les savanes, les zones découvertes, les marais et les abords de l'eau.

    Cette espèce vit en couple ou en bandes. Les couples restent formés à l'intérieur des bandes, même en vol.

    Cet oiseau niche dans des trous de palmiers secs.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

    La ponte est de 2 à 4 œufs, l'incubation dure 28 jours. Les jeunes quittent le nid à 3 mois environ, mais les parents continuent à nourrir les oisillons jusqu'à l'âge de 6 à 8 mois. La maturité sexuelle est atteinte vers l'âge de 8 à 10 ans.

    La reproduction en captivité est possible.

    La Ménagerie du Jardin des Plantes : L' Ara bleu et jaune

     L'ara bleu se nourrit principalement de grains, de noix et de fruits.

    Cet oiseau a pour prédateurs de grands rapaces tels que l'aigle huppé ou encore la harpie féroce. Toutefois, sa principale menace est l'homme, via la déforestation et la capture pour la revente.

     * sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ara_bleu

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    65 commentaires
  • La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague 

    Une nouvelle espèce s’est installée dans le bâtiment de la nurserie. Ne ratez pas le dendrolague de Goodfellow (Dendrolagus goodfellowi) ou kangourou arboricole.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Les dendrolagues (littéralement : lapins arboricoles) ou kangourous arboricoles (genre Dendrolagus) sont des macropodidés arboricoles. On les trouve exclusivement dans les forêts tropicales de Nouvelle-Guinée et dans l'extrême nord-est du Queensland en Australie et les îles environnantes, généralement dans les régions montagneuses.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Comme les kangourous et les wallabys, les dendrolagues ont des pattes arrière massives avec des pieds longs et étroits. Les dendrolagues ont développé de très longues queues pour un meilleur équilibre et des pattes avant plus puissantes pour mieux pouvoir grimper aux arbres.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Leurs pieds sont plus courts et plus larges, avec de grandes griffes et des coussinets plantaires. À la différence des autres macropodes, ils peuvent avancer leurs pattes alternativement ce qui leur permet de marcher au lieu de sauter.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Il semble que les premiers marsupiaux aient été de petits marsupiaux arboricoles qui ressemblaient aux possums actuels puis certains, les macropodes, ont évolué et se sont adaptés à la marche sur le sol où ils sont capables de se déplacer rapidement. On ne sait pas pourquoi les ancêtres des dendrolagues sont redevenus arboricoles.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Sur la terre, les dendrolagues sont lents et maladroits : ils se déplacent en marchant ou en sautant, le corps fortement incliné vers l'avant pour contrebalancer le poids de leur queue. Mais dans les arbres, ils deviennent souples et agiles : ils grimpent en enserrant le tronc de leurs pattes avant et en se propulsant avec leurs puissantes pattes arrière, laissant coulisser leurs pattes avant.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Ce sont d'excellents sauteurs, on les a vus sauter entre deux arbres distants de neuf mètres ou se laisser tomber sur le sol d'une hauteur de dix-huit mètres sans aucune blessure.

     La Ménagerie du jardin des Plantes : Sangria, femelle dendrolague

    Ils se nourrissent de feuilles et de fruits ramassés sur les arbres ou au sol. Ils peuvent aussi consommer des graines, des fleurs, des gommes arboricoles, des écorces, des œufs ou des oisillons. Leur denture est plus adaptée à la dilacération de feuilles qu'à la tonte de l'herbe. ils ont de grands estomacs qui servent de cuves de fermentation, un peu comme chez les ruminants - quoique la disposition des différents compartiments soit différente- où des bactéries dégradent la cellulose des fibres des feuilles et des herbes. Leurs griffes très aiguisées leur permettent de se défendre contre certains prédateurs.

    * sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dendrolagus

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    59 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    Le Markhor (Capra falconeri)  est un cousin de la chèvre et appartient à ce que l’on appelle « le groupe des chèvres-antilopes ».

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

     

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    Ces chèvres sauvages sont caractérisées par leurs immenses cornes en spirale pouvant atteindre plus d’un mètre et demi de long chez les mâles.

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    Le markhor vit dans les régions montagneuses du centre et du sud de l’Asie. 

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    La femelle de cette espèce est très grégaire. À l’inverse, les mâles sont solitaires. Ces deux groupes se rassemblent cependant lorsque le temps des amours arrive.

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    Ce grand groupe peut réunir une quinzaine jusqu’à une bonne trentaine d’individus.

    La saison des amours dure pendant l’automne et l’hiver chez le markhor. Les mâles quittent leur solitude à ce moment-là. La gestation dure 3 à 5 mois et demi chez la femelle. Cette dernière accouche d’un à deux petits par portée.

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    En captivité, un markhor peut vivre jusqu’à 12 ans.

     Ménagerie du Jardin des plantes : Le Markhor

    Menacé par le braconnage, la destruction de son habitat naturel et la concurrence des troupeaux de chèvres et moutons pour la nourriture, le markhor est aujourd'hui en voie d'extinction. 

     L’Union internationale pour la nature ou UICN a classé cette espèce parmi celles en voie d’extinction.

    * sources : http://www.masaigallery.com/produit/markhor/

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    64 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des Plantes : petit Markhor

    Le markhor (Capra falconeri) est un bovidé caprin de taille moyenne qui mesure 1,35 à 1,80 m de long pour un poids de 35 à 115 kg. Par ailleurs, ce bovidé est menacé d'extinction aujourd'hui.

    Son pelage est gris-roux à gris-brun et il a de longs poils en hiver qu'il perd à la saison chaude. Le mâle arbore des cornes spiralées de 1,5 mètre de long et il est plus grand que la femelle, qui, elle, porte des cornes moins spectaculaires (25 cm).

    Ménagerie du Jardin des Plantes :  petit Markhor

    Mâles et femelles vivent dans des groupes distincts sauf pour la reproduction où ils se rassemblent en troupeaux de 15 à 30 individus.

    Ménagerie du Jardin des Plantes :  petit Markhor

    Le markhor est en très très grand danger de disparition ! (suite lundi).

    * sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Markhor

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    59 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des Plantes : Périclès tortue des Seychelles

    Cette tortue terrestre mâle fut offerte en 1923 au zoo parisien par Paul Carrié, érudit et naturaliste mauricien. Périclès arriva en compagnie de Kiki, une autre tortue géante des Seychelles – ou d’Aldabra - (Dipsochelys elephantina), alors âgée de 60 ans. Kiki, qui était également un mâle malgré son nom, avait sans doute vu le jour en 1863.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Périclès tortue des Seychelles

    Périclès

    Né en 1913 sur une île des Seychelles, Périclès séjourne à la Ménagerie du Jardin des Plantes depuis 91 ans cette année. Périclès a donc aujourd'hui 102 ans. 

    Péricles, 150 kg, vit à côté de deux autres tortues des Seychelles, Lecata et Platine, respectivement 86 et 72 kg.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Périclès tortue des Seychelles

    Platine

    Les trois tortues sont hébergées durant une partie de l’année à l’extrémité de la galerie des reptiles. Elles partagent actuellement leur enclos avec un paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus). À la belle saison, les tortues des Seychelles disposent d’un parc situé le long de la célèbre Rotonde, construite entre 1802 et 1812 et au plan inspiré par la croix de la Légion d’honneur. Chaque année, le transfert des tortues entre leur quartier d’hiver et leur résidence d’été constitue un moment très prisé du public et des médias.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Périclès tortue des Seychelles

    Périclès

    La tortue des Seychelles est considérée comme la plus grosse tortue terrestre. La masse maximale recensée est d’environ 300 kilos, alors que ses cousines des Galápagos (Chelonoidis nigra) plafonnent aux alentours de 250 kilos. Pouvant atteindre 1,25 m de long, les mâles sont plus imposants que les femelles, mesurant jusqu’à 90 cm pour 200 kg.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Périclès tortue des Seychelles

    Végétariennes, les tortues des Seychelles se nourrissent principalement de plantes épineuses même si, en cas de pénurie alimentaire, certains spécimens ont été observés en train de manger d’autres individus morts. À la Ménagerie du Jardin des Plantes, les tortues géantes sont nourries tous les deux jours, exclusivement de fruits et de légumes frais (ananas, oranges, branches de céleri, épinards, salades, tiges de brocoli, choux non traités, blettes, persil, cresson, endives voire pissenlits…).

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Périclès tortue des Seychelles

    En extérieur, elles consomment aussi les herbes hautes poussant dans leur enclos. Les tortues peuvent boire avec leurs narines dans des flaques de faible profondeur puisqu’à l'intérieur de leurs cavités nasales un clapet empêche la pénétration du liquide dans l'appareil respiratoire. 

    Les tortues géantes des Seychelles sont considérées comme vulnérables par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), c'est-à-dire confrontées à un risque élevé d’extinction à l’état sauvage.

    * Sources : http://biofaune.canalblog.com/archives/2013/05/09/27114628.html

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    48 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

    Cette panthère (Neofelis nebulosa) également appelée « panthère nébuleuse » ou léopard tacheté vit principalement dans les forêts tropicales du sud est asiatique.

    Contrairement aux autres léopards dont la robe est parsemée de tâches sombres, de longues bandes parcourent le dos et la nuque de cette panthère d'où son nom "longibande".

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

    Cette robe particulière lui permet de se fondre dans son habitat, les forêts tropicales humides du Sud-Est asiatique et du Népal.

    La panthère nébuleuse ressemble beaucoup au chat marbré mais la manière de faire sa toilette, de se tenir assise ou de saisir ses proies la rapproche des grands félins.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

    Elle mesure jusqu'à 110 cm pour un poids maximum de 23 kg. C'est le plus petit des grands félins.

    Comme un petit Felis (genre qui regroupe les petits félidés comme le chat sauvage ou le lynx), elle est incapable de rugir. Cette affirmation est à prendre avec recul car d'après certaines sources, elle rugit faiblement.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

     Le fait qu'elle ronronne principalement la classe plutôt parmi les petits félins. 

    Cependant, comme toutes les espèces du genre Panthera (panthère, tigre ou lion), elle se nourrit allongée; se repose avec la queue droite et les pattes antérieures tendues devant elle.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

    De ce fait, les scientifiques ont décidé de lui créer un genre spécifique: Neofelis (Neofelis nebulosa).

    Dans son milieu naturel, la longévité du léopard tacheté est d'une dizaine d'années. Elle peut dépasser 15 ans en captivité.

    Elle se nourrit principalement de singes, d'écureuils et d'oiseaux. Mais, elle peut également s'attaquer à de plus grosses proies terrestres comme des cerfs ou des sangliers.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande Avec le léopard des neiges, la panthère longibande est l'espèce la plus menacée d'extinction. Son habitat se réduit comme une peau de chagrin. La reproduction en captivité n'est pas évidente et ne suffira pas à assurer la survie de l'espèce.

    *** Inscrite à l'annexe I de la Convention de Washington, la panthère longibande est strictement protégée contre le commerce et la chasse. Malheureusement, il est possible de la trouver au menu de certains restaurants ou encore de voir sa peau, ses os et ses dents en vente sur les marchés asiatiques.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

    *** Comme pour toutes les espèces animales, la principale menace pesant sur elle reste la destruction de son habitat et elle ne survit que dans les aires protégées. Il resterait moins de 10 000 individus à l'état sauvage.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Panthère Longibande

    Cette espèce participe à un Programme d'Elevage Européen (EEP)

     * L'éclairage de la "Fauverie" étant jaune-orange, j'ai préféré prendre cette panthère longibande en noir et blanc.

    * Sources : http://www.dinosoria.com/panthere_longibande.htm 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    47 commentaires
  •  Ménagerie du Jardin des Plantes : KARU

    Ménagerie du Jardin des Plantes : KARU

    Karu est né le 12 septembre 2004 au Parc de la Torbiera en Italie. Il est arrivé à la Ménagerie du Jardin des Plantes le 5 juillet 2007.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : KARU

    La difficulté est de photographier correctement cette magnifique panthère des neiges à travers les vitres. Il faut jouer entre les reflets et la propreté de la vitre. 

    Ménagerie du Jardin des Plantes : KARU

     Karu regarde les visiteurs. 

    Ménagerie du Jardin des Plantes : KARU

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    57 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des Plantes : Karu, mâle panthère des neiges

    L'once (Panthera uncia), aussi appelé irbis, panthère des neiges ou léopard des neiges est un félin de la sous-famille des panthérinés. On le rencontre dans les vallées isolées des hautes montagnes d'Asie centrale, de Sibérie centrale (dans la réserve naturelle de Saïano-Chouchensk) et de l'Altaï (notamment dans la réserve naturelle de Katoun), où il monte jusqu'à 5 500 m. On l'appelle le « fantôme des montagnes ».

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Karu, mâle panthère des neiges

    Auparavant cette espèce était classée dans le genre Uncia, dont elle était la seule représentante (espèce Uncia uncia). Elle fait à présent partie du genre Panthera.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Karu, mâle panthère des neiges

    L'once possède un pelage très long et épais (jusqu'à douze centimètres sur le ventre), qui se renouvelle deux fois par an. Les couleurs vont du gris pâle au gris crème, le ventre et le cou étant blanc cassé tandis que la face dorsale est parsemée de taches foncées en formes de rosette, se fondant dans le paysage. L'once a de grosses pattes aux coussinets couverts de poils qui la protègent du froid et des oreilles courtes et arrondies. Le poids d'une once adulte se situe entre 35 et 55 kg.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Karu, mâle panthère des neiges

    Son corps mesure de 90 cm à 1,30 m. Sa queue mesure au moins 75 % de la longueur de son corps, généralement de 90 cm à 1 m. Elle l'aide à garder l'équilibre sur des corniches dangereuses.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Karu, mâle panthère des neiges

    La Panthère des neiges se trouve en Mongolie, ouest et sud de la Chine, Népal, Himalaya, Tibet, Bhoutan, Afghanistan, en Inde, Pakistan, extrême est de l'Asie centrale (ex-URSS), dans l'Altaï et dans la réserve naturelle de Saïano-Chouchensk (Sibérie) soit une superficie d'environ un million de kilomètres carrés, mais leur densité est faible (environ une once pour cent kilomètres carrés).

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Karu, mâle panthère des neiges

    L'once est répertoriée sur la liste rouge de l'UICN comme faisant partie des espèces en danger, il ne resterait plus que 4 080 à 6 590 individus survivant à l'état sauvage. Elle est encore braconnée pour sa fourrure et parce qu'il lui arrive d'attaquer des animaux domestiques car ses proies sont de plus en plus rares. Des associations de sauvegarde aident les bergers à construire des enclos protecteurs s'ils s'engagent à ne pas tuer les prédateurs. Cette espèce figure sur la liste des espèces de l'Annexe I du CITES.

    * sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Once_(f%C3%A9lin) 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    57 commentaires
  • La Ménagerie du Jardin des plantes : petit Tur du Caucase.

    Le Tur du Caucase occidental ou chèvre du Caucase occidental (Capra caucasica), ou simplement chèvre du caucase est une espèce de mammifère herbivore de la famille des bovidés que l'on rencontre dans le Caucase de l'Ouest à une altitude de 800 à 4 000 m. Elle vit notamment dans la réserve naturelle du Caucase.

    De tous les caprins c'est le Tur qui a la plus petite air de répartition. Elle s’étend du Caucase occidentale à la Mer Noire.

    D'une hauteur d'un mètre au garrot et pesant jusqu'à 65 kg, la chèvre du Caucase occidental présente un corps haut et étroit sur des jambes relativement courtes. Sa couleur est rousse avec le ventre jaune.

    En comparaison avec d'autres bouquetins, les cornes du Tur sont plus courtes mais plus épaisses. Chez les mâles, elles peuvent atteindre 75 cm pour un poids de 1,8 kg chacune. Tandis que celles des femelles ne dépassent pas les 30 centimètres.

    La chèvre du Caucase mange principalement de l'herbe et des feuilles. C'est un animal nocturne qui ne mange à découvert que la nuit et qui reste à l'abri en journée. Les femelles vivent en troupeaux d'une dizaine individus tandis que les mâles sont solitaires.

    Le braconnage est la principale raison du déclin de l'espèce, en cause la concurrence avec les chèvres et moutons domestique, mais aussi du fait de la dégradation de son milieux naturel. Les loups et les lynx ou encore les avalanches secondant parfois les causes premières du déclin. En 25 ans les effectifs sont passer de 12 000 à 5 000 têtes.

    Capra caucasica fait partie du Programme européen pour les espèces menacées ESB. La Ménagerie du Jardin des plantes de paris en fait notamment partie et héberge un petit groupe de spécimens ou des jeunes sont observable.

    * sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Capra_caucasica

     La Ménagerie du Jardin des plantes : petit Tur du Caucase. Ce petit Tur du Caucase avait du mal à redescendre et appelait à l'aide !

     La Ménagerie du Jardin des plantes : petit Tur du Caucase.

     Trop mignon ... 

     La Ménagerie du Jardin des plantes : petit Tur du Caucase.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    61 commentaires
  • Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone      Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone

    Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone

    La chouette lapone est un très beau rapace dans les tons gris-bruns atteignant 80 cm de long et reconnaissable au disque facial sillonné d'anneaux concentriques.
    Contrairement aux autres espèces de chouettes, elle est diurne et chasse en plein jour, perchée à l'affût sur un promontoire.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone

    Son habitat de prédilection est la grande taïga (forêt de conifères) du nord
    de l'Europe et de l'Amérique mais on la retrouve également dans les régions marécageuses et les tourbières boréales, Son territoire peut s'étendre jusqu'à 7 km2.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone

    Comme tous les rapaces, la chouette lapone est carnivore. Elle chasse activement toutes sortes de rongeurs. Le mâle, sur qui repose l'alimentation de la femelle et des jeunes, transmet les proies à sa compagne rivée au nid, en fait une aire de branchages abandonnée par d'autres ou une souche d'arbre mort. Elle les dilacère de ses serres puissantes avant de nourrir les oisillons puis émet alors une sorte de miaulement nasal tandis que ceux-ci adoptent une posture caractéristique de mendicité.
    Au zoo, les chouettes sont nourries de petits rongeurs de poussins déjà morts. Au sol, sont souvent visibles les pelotes de réjection des parties non digérées de leur repas.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone

    La période de reproduction se situe vers la fin de l'hiver. Dans la nature, l'espèce utilise des nids abandonnés par les corbeaux ou autres petits rapaces.
    Les 2 à 5 oeufs sont pondus au printemps et seule la femelle assure la couvaison pendant 29 jours. Les jeunes sont nourris avec des petits morceaux des proies capturées essentiellement par le mâle.

    La chouette lapone n'est pas menacée de disparition mais souffre néanmoins de la présence de l'homme dont les activités réduisent fortement les sites de nidification. La présence de proies en nombre suffisant détermine aussi l'étendue des populations sauvages.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : La Chouette Lapone

    L'utilisation des pesticides dans l'extermination des rongeurs est un facteur aggravant du fait que les substances toxiques chimiques s'accumulent tout particulièrement au sommet de la chaîne alimentaire où se situe justement cette espèce.
    Paradoxalement, les feux naturels peuvent desservir la cause de ce prédateur puisqu'ils favorisent la prolifération des rongeurs et offrent de nombreux emplacements adéquats pour la nidification.

    IUCN : non menacée

    * Sources : http://www.zoo-mulhouse.com/fr/oiseaux/chouette-lapone.html

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    62 commentaires
  • Ménagerie du jardin des Plantes : Cacatoès Noir

    Le Cacatoès noir c'est l'un des plus grands perroquets avec une grande huppe et un des plus grands becs des Psittacidés qui est très puissant de tel façon qu’il puisse coincer une noix entre sa langue et sa mandibule supérieure et de l'ouvrir avec sa mandibule inférieure.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Cacatoès Noir

    Il a une tache rouge sur la joue qui change de couleur lorsqu'il est inquiet, malade ou nerveux.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Cacatoès Noir

    Il habite, autre particularité de ce perroquet, les forêts tropicales humides.

    Il se nourrit de graines, de baies, de plantes, d'insectes et de larves d'insectes.

    Le dimorphisme sexuel est peu marqué : la mandibule supérieure du bec est plus petite chez la femelle.

    Ménagerie du Jardin des Plantes : Cacatoès Noir

    Il se reproduit à partir de quatre ans. La période de reproduction va d'août à janvier. La femelle pond un oeuf unique dans le creux d'un arbre situé très haut qui servira d'une année à l'autre. L'oeuf est couvé alternativement par les deux parents pendant 30 jours. L'oisillon restera au nid pendant 100 à 110 jours. L'oisillon ne sera pas capable de commencer à voler encore pendant deux semaines.

    * Sources : http://www.xopark.com/animaux/anes/cacatoes_noir/id141

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    55 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique