• Un air de printemps : Le perce-neige

    Le perce-neige est une jolie petite fleur blanche, dont la floraison annonce la fin de l'hiver.

    Un air de printemps : Le perce-neige

    Cette plante, originaire d’Europe et d’Asie, est la première fleur à fleurir dans l'année, dès la fin du mois de janvier ou le mois de février. Elle doit son nom à sa capacité à percer une petite couche de neige.

    Un air de printemps : Le perce-neige

    Cette fleur, qui symbolise la victoire du printemps sur l’hiver, porte plusieurs noms imagés comme "goutte de lait", "clochette d'hiver", "galanthine" ou "galanthe des neiges".

    Un air de printemps : Le perce-neige

     

    Un air de printemps : Le perce-neige

     

    Un air de printemps : Le perce-neige

    On trouve le perce-neige sauvage dans les sous-bois et les zones rocheuses.

    Cliquez sur les photos …  

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    56 commentaires
  • A la recherche du merle moqueur

    J'ai constaté depuis quelques temps déjà l'absence du merle noir lors de mes balades dans la campagne rambolitaine.  J'étais habituée de le rencontrer et d'entendre son merveilleux chant.

    A la recherche du merle moqueur

     

    A la recherche du merle moqueur

     

    A la recherche du merle moqueur

    Photos prises en 2016 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (78)

    Hier, avec ce beau soleil de février, je suis allée à sa recherche … Je suis allée dans les endroits où je l'avais photographié les années précédentes, mais rien … Pas l'ombre d'une petite plume de mon ami le merle moqueur. 

    Des amis habitants les Hauts-de-Seine (92) et ayant un jardin, m'ont confirmé son absence dans leur jardin. 

    Alors j'ai fait ma petite enquête et ce n'est pas réjouissant du tout ! 

    Les ornithologues ont observé une nouvelle augmentation de la mortalité chez les merles noirs. En cause, un virus africain injecté par les moustiques.

    On l’appelle « Usutu », il a pour berceau l’Afrique, son nom est d’ailleurs inspiré d’une rivière en Afrique du Sud. Transporté par les moustiques, ce virus provoque des effets neurologiques désastreux chez nos passereaux, dont le merle noir, et rapaces nocturnes : apathie, perte de coordination des mouvements, anorexie… et, à terme, la mort, laissant des dépouilles sans trace apparente de lésion.

    « On constate une augmentation du nombre de départements touchés », remarque Jean-Michel Passerault, au Groupe ornithologique des Deux-Sèvres : deux départements concernés en 2016, dix-sept cette année : sur une carte dressée par Sagir, les cas recensés couvrent un grand quart nord-ouest de la France, entre le Morbihan au nord, la Dordogne au sud et l’Allier à l’est.

    « Cela dit, relativise encore Jean-Michel Passerault, s’il y a présomption, il n’est pas formellement établi qu’ils ont réellement succombé à Usutu. »  … Affaire à suivre donc. 

    J'espère que mes clichés ne deviendront pas des images d'archives !! 

    A la recherche du merle moqueur

     

    A la recherche du merle moqueur

    Photos prises à Rambouillet, l'été dernier (juin 2018)

    * A lire pour en savoir plus : ICI - Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    62 commentaires
  • Coucher de soleil en forêt de Rambouillet

    Voici trois clichés pris hier dimanche vers 18 h … 

    Coucher de soleil en forêt de Rambouillet

     

    Coucher de soleil en forêt de Rambouillet

     

    Coucher de soleil en forêt de Rambouillet

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    76 commentaires
  • Le gui : Une nuisance pour les arbres

    Il est de tradition de s’embrasser sous une branche de gui pour profiter d’une vie longue et prospère au moment des fêtes de Noël et à minuit du jour de l’an. C’est d’ailleurs à cette époque que le gui est le plus facile à trouver et abondant.

    Mais c’est chez les Druides que le gui fut considéré très tôt comme une plante sacrée. Ils l’utilisèrent longtemps pour guérir certaines maladies, apporter fertilité et protection contre la sorcellerie.

    Le Gui est une plante dépourvue de racine qui vit dans les arbres et qui prend, au fil des ans, l’apparence d’une grosse boule.

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

    Plante parasite, le gui s’installe dans de nombreux arbres de nos régions comme l’aubépine, le robinier, le saule pleureur, le pommier, le tilleul et surtout le peuplier.

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

     

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

    Le gui est considéré comme une plante nuisible pour les arbres mais il convient de mesurer la nuisance car il reste un formidable vivier de nourriture pour les oiseaux pendant l’hiver.

    L’arbre a alors tendance à s’épuiser plus rapidement et c’est la raison pour laquelle il est parfois recommandé de se débarrasser du gui.

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

    Bien visible dès l’automne, il laisse apparaître une boule dans les arbres qui ont perdu leurs feuilles.

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

    Le gui, ou viscum album, est une plante considérée comme parasitaire pour de nombreuses espèces d’arbres. 

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

     

    Le gui : Une nuisance pour les arbres

    Floraison : Mars-avril

    * Sources : ICI

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    98 commentaires
  • "Il fait un froid de canard"

    Signification : Un froid vif. 

    Origine : On emploierait cette expression en référence au froid très vif qu'il peut faire en hiver, lors de la période de la chasse aux canards frown

    "Il fait un froid de canard"

    Cliquez sur la photo … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    49 commentaires
  • Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019) suite … 

    Encore quelques clichés du Parc du château sous la neige … 

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019) (suite)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019) (suite)

    Nuit de neige

    Guy de Maupassant

    La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
    Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
    Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
    Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois.

    Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes.
    L’hiver s’est abattu sur toute floraison ;
    Des arbres dépouillés dressent à l’horizon
    Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

    La lune est large et pâle et semble se hâter.
    On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère.
    De son morne regard elle parcourt la terre,
    Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.

    Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde,
    Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;
    Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,
    Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

    Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
    Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
    Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux,
    Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

    Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
    Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
    De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
    Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas.

    Guy de Maupassant, Des vers

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019) (suite)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019) (suite)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019) (suite)

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    39 commentaires
  • Le héron cendré, poème de THALIE (trouvé sur internet). 

    Le héron cendré, poème de THALIE

     

    Le héron cendré, poème de THALIE

      

    Le héron 
     
    Il m’a fallut longtemps pour m’arrêter,
    Pour contempler,
    Ce drôle d’échassier.
    Je ne pouvais comprendre ce qu’elle lui trouvait,
    Pas de subtil beauté,
    Inconnue dans beaucoup de contrées.
    Pourtant, en le regardant de plus prés,
    Je crus apercevoir ce qui le différencié,
    Et lui rendre sa juste vérité.
    De couleur indéfinie,
    Blanc ou gris,
    Toujours indécis.
    Il se tient droit, prêt à avertir,
    Souvent sur un pied, de peur de se salir,
    Souvent prêt à défaillir.
    Quand il s’envole,
    Blanc sur fond de maïs,
    Ou gris sur fond de malice.
    J’ai pourtant la nette impression,
    Et sans aucune déception,
    Qu’il va vers d’autres horizons.
    Ses ailes déployées,
    Je ne cesse de le comparer,
    Goéland ou mouette au-dessus de la mer, je ne sais me décider.
    Pourtant il a su conquérir,
    Sans se départir,
    Ce territoire en devenir.
    Il survole le sol,
    Avec une grâce qui me désole,
    Son ombre sur la terre, telle une auréole.
    Alors je comprends,
    Ce qu’elle aime tant,
    L’observant de son regard pénétrant.
    Sans doute sa capacité,
    À avoir compris la beauté,
    D’un paysage empreint d’éternité.

    À ma mère, pour sa faculté de s’émerveiller devant chaque battement d’ailes.
     

    Le héron cendré, poème de THALIE

     

    Le héron cendré, poème de THALIE

    Cliquez sur les photos …  

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    92 commentaires
  • Rambouillet sous la neige : Le château

    Voici le château de Rambouillet sous la neige. Photos prises le 22 janvier 2019.

    Les 3 premiers clichés ont été pris avec mon téléphone portable. 

    Rambouillet sous la neige : Le château

     

    Rambouillet sous la neige : Le château

     

    Rambouillet sous la neige : Le château

    Hiver

    Kieran Wall

    La neige couvre tout de son fin manteau blanc
    Et le décor a pris un tour étincelant.
    L’absence de soleil n’est pas pour autant morne,
    Les oiseaux se posant encore sur les bornes

    Routières. L’air est épais, les flocons dansant
    Sur lui comme des ballerines de faïence,
    Donnant à l’atmosphère un visage encensant.
    Le silence sied à une telle ambiance.

    Kieran Wall, Poésies, 2012

    Rambouillet sous la neige : Le château

     

    Rambouillet sous la neige : Le château

     

    Rambouillet sous la neige : Le château

    Cliquez sur les photos …  

    … à suivre. 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    31 commentaires
  • Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

    Il a pas mal neigé hier à Rambouillet. Voici les premiers clichés … 

    Les canaux du Parc du Château étaient gelés !

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

     

    Rambouillet sous la neige (22 janvier 2019)

    Cliquez sur les photos … 

    … à suivre.    

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    40 commentaires
  • Bonne Année 2019

    Bonne Année 2019

     Quelques photos de Rambouillet … 

    Bonne Année 2019

     

    Bonne Année 2019

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    92 commentaires
  • Coucher de soleil

    Quelle sensibilité a le soleil ! Rougir tous les soirs lorsqu’il se couche.
    (Fabrizio Caramagna)

    Coucher de soleil

    C’ était au crépuscule, à cette heure où les choses se confondent.
    (Marie Darrieussecq)

    Coucher de soleil

     Cliquez sur la photo … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    96 commentaires
  • Les oiseaux en hiver : Poème de Lamartine 

    Les oiseaux en hiver : Poème de Lamartine

    Les Oiseaux en Hiver

    (Lamartine)  

    Tant que durent les fleurs, tant que l'épi qu'on coupe
    Laisse tomber un grain sur les sillons jaunis,
    Tant que le rude hiver n'a pas gelé la coupe
    Où leurs pieds vont poser comme au bord de leurs nids.

    Ils remplissent le ciel de musique et de joie :
    La jeune fille embaume et verdit leur prison,
    L'enfant passe la main sur leur duvet de soie,
    Le vieillard les nourrit au seuil de sa maison.

    Mais, dans les mois d'hiver, quand la neige et le givre
    Ont remplacé la feuille et le fruit, où vont-ils ?
    Ont-ils cessé d'aimer ? ont-il cessé de vivre ?
    Nul ne sait le secret de leurs lointains exils.

    On voit pendre à la branche un nid rempli d'écailles
    Dont le vent pluvieux balance un noir débris ;
    Pauvre maison en deuil et vieux pan de murailles
    Que les petits, hier, réjouissaient de leurs cris…

    Les oiseaux en hiver : Poème de Lamartine

     

    Les oiseaux en hiver : Poème de Lamartine

     

    Les oiseaux en hiver : Poème de Lamartine

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    85 commentaires
  • L'AUTOMNE

    "L'automne est une demeure d'or et de pluie." Jacques Chessex

    L'AUTOMNE

     

    L'AUTOMNE

     

    L'AUTOMNE

     

    L'AUTOMNE

     

    L'AUTOMNE

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    57 commentaires
  • Rambouillet : La mouette rieuse

    “Cris de mouettes, signe de tempête.” Proverbe français

    Rambouillet : La mouette rieuse

     

    Rambouillet : La mouette rieuse

     

    Rambouillet : La mouette rieuse

     

    Rambouillet : La mouette rieuse

     

    Rambouillet : La mouette rieuse

     

    Rambouillet : La mouette rieuse

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    49 commentaires
  • Rambouillet : A l'ombre du château

    (...) un jour tu te trouveras un beau prince qui t'emmènera vivre dans un château avec des tourelles dorées, qui t'habillera d'arcs-en-ciel et te donnera la lune pour jouer à la balle avec, et les étoiles pour te faire des paillettes dans les cheveux.

    La compagnie des menteurs - Karen Maitland

    … Et toujours  Artémis

    Rambouillet : A l'ombre du château

     

    Rambouillet : A l'ombre du château

     

    Rambouillet : A l'ombre du château

     

    Rambouillet : A l'ombre du château

     

    Rambouillet : A l'ombre du château

     

    Rambouillet : A l'ombre du château

     

    Rambouillet : A l'ombre du château

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    57 commentaires
  • Automne : Poème : Nature en deuil de Sybille Rembard (2008)

    Nature en deuil

    Vie sacrifiée d’une journée sans soleil
    Les arbres tombant, sans feuilles.
    Amie de la nature qui juge ce qui n’est pas,
    Ouvre ton cœur à l’espoir d’un demain sans nuages,
    Tu sais que rien ne te touche, rien que le silence d’une vie
    La tienne
    Vie sacrifiée, un jour sans toi.

    Sybille Rembard, 2008

    Automne : Poème : Nature en deuil de Sybille Rembard (2008)

     

    Automne : Poème : Nature en deuil de Sybille Rembard (2008)

     

    Automne : Poème : Nature en deuil de Sybille Rembard (2008)

     

    Automne : Poème : Nature en deuil de Sybille Rembard (2008)

     

    Automne : Poème : Nature en deuil de Sybille Rembard (2008)

    Cliquez sur les photos … 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    58 commentaires